14 Mars

12:44

[Partenariat] J-1 avant le Marathon du droit et ses 24 heures d'endurance juridique

Pour tous les étudiants

Ce vendredi 15 mars se tiendra la 7e édition du Marathon du droit à Boulogne-sur-mer (62).

Mathieu Touzeil-Divina - professeur des universités en poste à l'université de Toulouse 1 Capitole et co-organisateur de cette journée - nous en dit plus sur le déroulé de ces « 24 heures juridiques d'endurance au service de quatre ambiances ». 

 

 

Lextenso : Présentez-nous le « Marathon du droit » (ex « 24 heures du droit »), qui se déroulera le 15 mars prochain ?

Mathieu Touzeil-Divina : Tout d'abord, grands mercis à Lextenso de soutenir notre Marathon depuis déjà sept éditions et ce, lorsque l'événement, alors placé au Mans s'appelait les « 24 heures du Droit » (entre 2011 & 2016). Aux origines, en effet - Sarthe oblige - la manifestation s'est appelée « 24 heures du Droit » car en pays manceau le clin d'œil était évident ! Il y avait alors trois moments successifs : un colloque, un jeu inter universitaire et un gala. 
Désormais, depuis 2018, le Collectif l'Unité du Droit (organisateur principal et initiateur du Marathon du Droit) a décidé de transformer les 24 heures en Marathon pour signifier non seulement que nous « bougions » et « changions » de lieu mais encore pour permettre le renouveau d'un cycle de 5 nouvelles éditions dont chacune sera située - en mouvement - dans un nouveau lieu académique ! Le Marathon court donc après les lieux : Toulouse en 2018, Boulogne-sur-mer cette année, puis Pau (2020) et Reims (2021). 
Par ailleurs, le Marathon a ajouté un nouveau moment aux 3 précédents des 24 heures du Droit : une partie artistique et juridique (l'an dernier une pièce sur la vie de Maurice Hauriou, Toulouse oblige !! Cette année, il s'agira de « lectures féministes du Droit 
».
Le marathon est donc bien marqué par son slogan : « 24 heures juridiques d'endurance au service de quatre ambiances » (colloque, arts & droits, jeu interuniversitaire et gala). 

 

Lextenso : Cette année, l’événement aborde le « droit et les séries télévisées ». Pourquoi avoir choisi cette thématique ? Pour appâter les étudiants ou y a-t-il un vrai enjeu juridique ? 

Mathieu Touzeil-Divina : C'est une bonne question :-) Le colloque a en effet cette année le titre de « En droit(s) & Liberté(s) : lectures juridiques de Webséries » et il comprendra deux ateliers relatifs aux deux fictions suivantes : la Casa de Papel & La servante écarlate
Traiter du droit & des séries TV est une des marques de fabrique de nos rendez-vous en 24 heures. En 2011, la 1re édition s'intitulait Droit & idées politiques dans les séries télévisées et nous faisons partie, en France, de ceux ayant lancé ce mouvement (cf. actes parus à la LGDJ en mai 2013). Bien sûr l'idée est d'attirer au colloque des étudiantes & des étudiants qui peut être ne viendraient pas à un colloque plus « traditionnel » (le colloque des 24 heures / du Marathon) étant tourné généralement vers le sport, les arts et/ou la culture (cf. nos éditions précédentes) mais il y a aussi un argument de fond important. 
En effet, comme j'ai eu le plaisir de le souligner encore récemment (cf. au JCP G l'article "Droit(s) & Série(s) télévisée(s) : mariage de, avec ou sans raison ?" paru il y a 15 jours), « Le juriste n’est pas connu pour être (officiellement et en public au moins) un boute-en-train. Il tient à son image et à sa représentation sociale. Il n’est effectivement (hélas et toujours) pas rare qu’un universitaire signale à l’un de ses collègues que tel article, tel sujet d’étude voire tel comportement frise avec le déraisonnable incompatible a priori avec son statut et sa condition. Il y aurait conséquemment de bons sujets d’études juridiques et d’autres déraisonnables sinon futiles, inintéressants et/ou conséquemment « hors champ » comme il y aurait de bons et de mauvais sujets de thèses de doctorat. Une doctrine d’autorité sinon autoritaire ferait ainsi la pluie et le beau temps sur les « bons sujets » et ce qu’il serait heureux de travailler en juriste. » Et pourtant .... « tout sujet a priori même ceux paraissant futiles peut (et même doit) devenir un sujet d’étude(s) juridique(s) si la société humaine dans laquelle vit le juriste s’en préoccupe. Or, à cet égard, les séries télévisées ici prétexte à notre libre propos sont manifestement une préoccupation sociale majeure : un réel phénomène à l’instar des feuilletons imprimés d’un Alexandre Dumas autrefois. » « Il n’est donc pas futile mais nécessaire de s’intéresser – en juriste – aux séries télévisées, aux sports, aux sexualités, à la mort, aux arts, etc. Par ailleurs, toute action humaine étant saisie par le(s) droit(s), il existe du Droit en toute action humaine (res, persones, actiones). Il s’agit donc aussi de les étudier juridiquement. »

 

Lextenso : Cette journée se décompose en 4 temps (colloque – arts et droits – jeu interuniversitaire – gala du marathon). Présentez-nous chacun de ces temps.

Mathieu Touzeil-Divina : - Pour le colloque, tout est indiqué au programme et en effet les deux séries Casa de Papel & La servante écarlate seront les sujets de nos deux ateliers. Il y s'agira de lectures juridiques des séries avec un fil rouge toute la journée : des lectures féministes. Bien entendu on y parlera aussi de droit public et d'institutions, de libertés et de droits fondamentaux, de lectures pénalistes mais aussi travaillistes. 
- Les lectures féministes seront cette année le moment artistique et juridique... On y entendra parler des « Simone » (de Beauvoir & Veil) mais aussi des « Stéphanie » (à suivre !) ...
- Le jeu inter universitaire est marqué par l'Unité du Droit à l'instar du Collectif l'ayant institué ! Il s'agit - par des jeux - de faire réviser toutes les branches juridiques et non, comme souvent en concours, seulement l'une d'entre elles ! Cette année il y aura des plaidoiries où 13 équipes venant de toute la France (cf. les équipes participantes) défendront un personnage de série (à charge ou à décharge) comme Dr House, Cersei Lannister (Game of Thrones) ou encore le profesor de la Casa de papel ! Chaque année il s'agit d'un moment « fort » du Marathon et de nos 24 heures d'endurance ! Juridique et rigoureux, mais aussi ludique.
- Le
gala, enfin, permet aux étudiants surtout de décompresser de la journée réalisée. Cette année il aura lieu au Casino de Boulogne-sur-mer.

 

 

Lextenso : Qui gère l’organisation de ce concours  ? 

Mathieu Touzeil-Divina : C'est le Collectif l'Unité du Droit (qui fête aujourd'hui même ces 15 ans d'existence !) qui est à l'origine des 24 heures du Droit devenues Marathon du Droit ! C'est l'association, avec ses bénévoles, et cette année avec des membres surtout toulousains et de Boulogne-sur-mer qui est au comité principal d'organisation où se retrouvent des universitaires, des praticiens mais aussi des étudiants. De surcroît cette année, deux autres associations nous aident énormément : à Toulouse les étudiants de Europa Toulouse et - partout en France presque ! - les étudiants des Clubs Jules Verne (dont celui de Boulogne) ; Clubs qui, pour la petite histoire, ont été créés (à l'initiative de Frédéric Davansant & de Frantz Mynard, à Nantes) pour que les étudiants de leurs Universités puissent venir assister et participer au Mans aux 24 heures du Droit ! Le Club Jules Verne est donc indirectement un fruit (béni soit-il) issu du Marathon et du Collectif l'Unité du Droit ! 
Toutefois, sans soutiens institutionnels, le Marathon ne pourrait exister. Cette année nous avons la chance de recevoir la généreuse aide non seulement de la ville de Boulogne-sur-mer (le Marathon ayant lieu dans les salons d'honneur de l'hôtel de ville) mais encore de deux Universités partenaires (celle du Littoral évidemment à Boulogne et celle de Toulouse 1 Capitole) ainsi que de leurs laboratoires respectif (LARJ & IMH). Par ailleurs, trois personnes physiques sont surtout à la manœuvre et sur le pont des activités : Mme Stéphanie Douteaud et M. Frédéric Davansant à Boulogne et moi-même. 

 

Lextenso : Quel est le profil des étudiants en droit qui participent au Marathon du droit ?

Mathieu Touzeil-Divina : L'objectif est vraiment de faire de cette journée une « fête du Droit » à laquelle tout juriste est convié : universitaires mais aussi praticiens et évidemment étudiantes et étudiants depuis la Licence et ce, jusqu'au doctorat. Chaque année tous ces profils participent et nous nous en réjouissons ! 

 

Lextenso : Vous êtes professeur de droit et êtes très impliqué dans la vie étudiante. Qu’est-ce qui vous motive à vous impliquer autant ?

Mathieu Touzeil-Divina : J'ai fait de cette maxime d'Edouard de Laboulaye ma propre maxime : « le professeur est fait pour l’étudiant et non l’étudiant pour le professeur » et je crois qu'elle résume tout :-) Comme étudiant autrefois, j'ai noté ce qui m'avait manqué et j'essaie de m'en souvenir encore pour l'offrir aux étudiants que je rencontre désormais ... L'objectif est de se rappeler que l'on se bat pour le service public au quotidien et que si les étudiants s'en sentent également impliqués, alors l'Université en sera d'autant plus belle. Nous faisons toutes et tous partie de cette même communauté académique et je crois fermement qu'il faut multiplier les actions communes entre tous les usagers, personnels et enseignants-chercheurs. Cela ne remet en rien en cause nos enseignements (dans lesquels l'enseignant-chercheur est placé dans la situation du sachant donnant conseils, connaissances et méthodologies de façon nécessairement très unilatérale) mais cela permet - parallèlement à ces enseignements - de multiplier les échanges et les partages pour que chacune et chacun se sente heureux, valorisé et à sa place. C'est en tout cas ce que je crois et les sept éditions précédentes comme les 15 ans d'activités soutenues du Collectif l'Unité du Droit en sont - je crois et l'espère - un beau témoignage renouvelé. Ce plaisir là, de rencontrer des étudiants impliqués, créatifs, reconnaissants et heureux, n'a pas de prix et me motive de façon renouvelée. 

 

 

Retrouvez l'ouvrage Idées politiques et séries télévisées du Professeur Mathieu Touzeil-Divina édité dans la collection Actes & Colloques.

 

Articles recommandés
Mercredi 13 Mars 2019 - 15:43
Pour tous les étudiants Vendredi 15 mars 2019. Ce soir, à 17h, se tiendra à la chambre de commerce et d'industrie Touraine la grande finale du concours de plaidoirie Maj’élan, organisé par le...
Lundi 15 Avril 2019 - 15:48
Félicitations aux universités de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lyon 2, Paris 2 Panthéon-Assas et Nice, les 4 équipes finalistes du concours VEDEL de la meilleure plaidoirie de la QPC, organisé par...
Mardi 9 Avril 2019 - 13:48
Entraînez-vous pour les « partiels » du second semestre (en 1re / 2e / 3e année) Avis aux étudiants en droit : plus que quelques jours avant les examens du...
Mardi 6 Novembre 2018 - 15:36
Ça y est, ces 3 mois en fac’ de droit ont fait de toi un membre à part entière de la #Teamjuriste. Mais voilà, le bébé juriste que tu es, est loin d’être rassuré à l’approche des premiers grands...
Mardi 23 Avril 2019 - 10:02
Entraînez-vous pour les « partiels » du second semestre (en 1re / 2e / 3e année) Avis aux étudiants en droit : plus que quelques jours avant les examens du...
Lundi 28 Janvier 2019 - 15:20
Avec le parrainage du Conseil constitutionnel, Lextenso organise, à l’initiative de M. Dominique Rousseau - Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - la 9e édition du ...
Jeudi 14 Février 2019 - 11:00
Concours Georges VEDEL 2019, co-organisé par Lextenso & le Conseil constitutionnel. Le conseil scientifique du concours Georges Vedel s'est réuni mercredi 13 février au Conseil...
Jeudi 28 Février 2019 - 15:36
La Présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce a annoncé il y a quelques jours les dates des épreuves du concours d'accès à la profession de greffier de tribunal de...
Jeudi 14 Mars 2019 - 17:03
Vendredi 22 mars 2019, la Commission de la Jeune Recherche Constitutionnelle de l’Association Française de Droit constitutionnel présentera sa huitième journée doctorale de la Jeune Recherche en...
Vendredi 17 Mai 2019 - 10:34
Le 15 avril dernier, les membres du jury du concours Georges Vedel ont sélectionné les 4 équipes finalistes [2 en demande, 2 en défense]. Après tirage au sort des duels demande/défense...