France Télévisions, libre de ne pas inviter Benoît Hamon, François Asselineau et Florian Philippot au débat des européennes programmé le 4 avril dernier

Vous êtes ici

09 avr

12:28

France Télévisions, libre de ne pas inviter Benoît Hamon, François Asselineau et Florian Philippot au débat des européennes programmé le 4 avril dernier

Pour tous les étudiants

Le Conseil d’État a annulé les décisions par lesquelles le tribunal administratif de Paris a ordonné en référé à la société France Télévisions d’inviter Benoît Hamon, François Asselineau et Florian Philippot à participer au débat télévisé programmé le 4 avril sur France 2.
France Télévisions était libre de ne pas inviter ces 3 personnalités au débat programmé le 4 avril dernier, selon le Conseil d'Etat.

 Lire la décision contentieuse du Conseil d'Etat

 

Les faits et les procédures :

MM. Benoît Hamon, François Asselineau et Florian Philippot ont demandé au tribunal administratif de Paris, par la voie d’un référé-liberté, d’ordonner à la société France Télévisions de les inviter à participer au débat télévisé organisé le 4 avril 2019 sur France 2 dans la perspective des élections européennes.

Par trois ordonnances rendues le 1er avril 2019, le juge des référés du tribunal administratif de Paris, faisant droit à ces demandes, a enjoint à France Télévisions soit d’inviter les intéressés au débat du 4 avril, soit d’organiser une autre émission consacrée aux élections européennes avant le 23 avril et d’y inviter des représentants des formations politiques auxquelles appartiennent ces personnalités.

La société France Télévisions a fait appel de ces ordonnances devant le juge des référés du Conseil d’État.

 

 

Décision rendue par les juges :

Le juge des référés du Conseil d’État a tout d’abord relevé que les règles qui régissent, en matière de communication audiovisuelle, la période électorale, n’étaient pas encore applicables à la date du débat télévisé en cause. Des règles particulières s’appliquent en effet dans les six semaines qui précèdent le jour du scrutin, prévu le 26 mai s’agissant des élections européennes, donc à compter d’une date postérieure à celle du débat.

Le juge des référés a ensuite rappelé que ni la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, ni les recommandations du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) n’imposent à France Télévisions, hors période électorale, le respect d’une stricte égalité de traitement entre toutes les personnalités politiques. Il appartient à France Télévisions, dont la politique éditoriale est libre et indépendante, sous le contrôle du CSA, de concevoir et d’organiser des émissions participant au débat démocratique dans le respect d’un traitement équitable de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion.

Le juge des référés du Conseil d’État a relevé que France Télévisions avait invité au débat du 4 avril neuf personnalités politiques représentant des mouvements qui expriment les grandes orientations de la vie politique nationale et se répartissent sur toute l’étendue de l’éventail politique. Ces neufs participants ont été choisis en fonction des résultats électoraux passés, des élus au Parlement français et au Parlement européen qui s’y rattachent, des indications données par les sondages d’opinion et de la contribution à l’animation du débat politique. Il a jugé que, en s’en tenant à ces neuf débatteurs, alors même qu’ils ne suffiraient pas à rendre compte de l’intégralité des opinions politiques susceptibles d’être exprimées par de futurs candidats aux élections, et dans la mesure où les trois demandeurs peuvent faire valoir, à différents égards, une certaine audience politique et auront accès, en tant que candidats aux élections, à d’autres débats ou émissions politiques, la société France Télévisions n’avait pas porté une atteinte grave et manifestement illégale au principe du caractère pluraliste de l'expression des courants de pensée et d'opinion.

=>> Par conséquent, le juge des référés du Conseil d’État a annulé les ordonnances du juge des référés du tribunal administratif de Paris et rejeté les demandes des trois intéressés.

Articles recommandés

Vendredi 12 Avril 2019 - 18:23
Corrigé du sujet 4 de vendredi 19 avril :  Cas pratique extrait de l'ouvrage "Les institutions de la Ve République" publié chez Gualino (une marque de Lextenso) dans la collection ...
Vendredi 12 Avril 2019 - 18:23
Corrigé du sujet 1 de mardi 16 avril :  Dissertation extrait de l'ouvrage "Droit administratif" publié chez Gualino (une marque de Lextenso) dans la collection Annales corrigées et...
Vendredi 12 Avril 2019 - 16:00
Sujet du mardi 16 avril :  Dissertation extrait de l'ouvrage "Droit administratif" publié chez Gualino (une marque de Lextenso) dans la collection Annales corrigées et commentées....
Mardi 5 Février 2019 - 17:01
Pour les étudiants de L2 et plus - Droit administratif Le juge des référés du Conseil d’État a été saisi de demandes tendant à ce qu’il ne soit plus fait usage du lanceur de balles de défense (...
Mardi 29 Janvier 2019 - 12:07
Pour les étudiants de L2 et plus Arrêt de l'Assemblée plénière du CE du 12 oct. 2018 - SARL Super Coiffeur (no 408567) L’essentiel :  En principe, l’autorité de la chose jugée au pénal...
Mercredi 9 Janvier 2019 - 14:28
Pour les étudiants de L2 et plus Petite « révolution » au sein de l’ensemble des juridictions administratives : depuis le 1er janvier 2019, le juge administratif passe au style...
Vendredi 28 Septembre 2018 - 14:58
Pour les étudiants de M1 et plus   ► Note de synthèse (5 heures / Coef. ) Télécharger le sujet     ► Droit des obligations Télécharger le sujet...
Mercredi 25 Avril 2018 - 10:52
Pour les étudiants de L2 et plus - Droit administratif Lundi 23 avril. Le syndicat UNI (Union nationale inter-universitaire) et quatre étudiants à titre individuel ont déposé devant le tribunal...
Vendredi 13 Avril 2018 - 13:16
Pour tous les étudiants Testez vos connaissances avec les 560 Quizz Lextenso [GRATUITS] ! ► 14 matières de L1 à M1 ► 2 niveaux de difficulté ► Des corrigés détaillés rédigés par des chargés...
Mercredi 10 Janvier 2018 - 17:13
Pour les étudiants de L2 et plus - Libertés fondamentales L’essentiel :  Le Conseil d’État s'est prononcé le 5 janvier 2018 sur une décision médicale d’arrêter les traitements...

Gigya RaaS Login