26 fév

17:09

Première confrontation pour Théo, un an après sa violente arrestation

Pour les étudiants en

L2

Première confrontation pour Théo, un an après sa violente arrestation. Les médias l'ont appelée « l'affaire Théo », mais il aurait été plus juste de parler de « l'affaire dite Théodore Luhaka ». Souvenez-vous, le jeune homme de 22 ans s'était retrouvé à la Une de tous les médias en février 2017 à la suite d'une violente interpellation par quatre policiers à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Grièvement blessé par un coup de matraque au niveau de la zone rectale, une première confrontation a eu lieu mercredi 21 février au TGI de Bobigny entre Théo et les agents mis en examen pour « violences volontaires aggravées », et « viol » pour l'un d'entre eux.

Pour Théo (et ses avocats), cela ne fait aucun doute : il a bel et bien subi un viol, ce que contredisent formellement les avocats de la défense.

Théo affirme que le policier lui a « volontairement » enfoncé sa matraque dans les fesses. Le fonctionnaire et ses collègues nient tout geste déplacé, affirmant que le coup visait les jambes du jeune homme. Mais d'après les dernières informations révélées par France inter, de récentes expertises médicales viendraient fragiliser la thèse de ce dernier. Comme le rapporte Marianne, « Si la première expertise médicale conteste le terme de viol, c’est parce que la matraque du policier n’a en fait jamais atteint l’anus. Elle a frappé une zone annexe, que l’on appelle le sphincter. Ce muscle, qui constitue la partie terminale du tube digestif, ne présente pas d’orifice présent vers l’extérieur. La matraque a donc évité l’anus de quelques centimètres, pour traverser le sphincter, et finir par se loger dans l’intestin du jeune homme. »

Les magistrats retiendront-ils la qualification de viol dans ce dossier ? Affaire à suivre...

Dans son récit de la confrontation, Théo a assuré que « les policiers étaient polis, plus courtois » par rapport au jour de son interpellation.

 

Pour aller plus loin 

(Re)voir l'interview d'Olivier Décima - agrégé de droit privé et de sciences criminelles à l'université de Bordeaux - réalisée par Lextenso étudiant en février 2017 >> Affaire Théo : Viol, violences et/ou tortures ou actes de barbarie ?"

Articles recommandés
Vendredi 12 Avril 2019 - 16:00
  Le consentement de la victime   ► Voir le corrigé détaillé du #Sujet4 #ExamenBlanc #DroitPénal    Pour aller plus loin :  Testez vos...
Vendredi 12 Avril 2019 - 18:23
En savoir plus sur l'ouvrage ► Consultez tous les sujets blancs Lextenso étudiant de L1, L2 et L3 Droit    Pour aller plus loin :  Testez vos connaissances...
Mardi 23 Avril 2019 - 16:29
Le Conseil d’État rejette les demandes de rapatriement de ressortissantes françaises et de leurs enfants retenus en Syrie >> https://t.co/ppRgMGgVCN pic.twitter.com/jxxiDy2zAV — Conseil d'...
Mercredi 24 Avril 2019 - 16:19
Lire la décision du Conseil d'Etat rendue le 24 avril 2019 - n° 428117 Le juge des référés du Conseil d’État a examiné si les conditions posées par la loi pour interrompre les traitements d’une...
Jeudi 18 Avril 2019 - 11:23
Mardi 16 avril 2019, vent de panique du côté des étudiants/professionnels préparant les concours d'entrée à l'ENA et l'ENM. Un article publié par les Echos révèle la disparition de...
Vendredi 12 Avril 2019 - 16:00
  Vous traiterez le sujet suivant : « Le Conseil constitutionnel est-il un organe politique ou juridictionnel sous la Ve République ? »   ► Voir le corrigé détaillé du...
Vendredi 12 Avril 2019 - 16:00
  Monsieur DUBOIS est notaire mais ses connaissances en droit des affaires ne sont plus ce qu’elles étaient. Cela fait 20 ans qu’il fait surtout du droit des successions et des régimes...
Vendredi 12 Avril 2019 - 18:23
En savoir plus sur l'ouvrage ► Consultez tous les sujets blancs Lextenso étudiant de L1, L2 et L3 Droit    Pour aller plus loin :  Testez vos connaissances...
Vendredi 12 Avril 2019 - 18:23
  En savoir plus sur l'ouvrage    ► Consultez tous les sujets blancs Lextenso étudiant de L1, L2 et L3 Droit    Pour aller plus loin : ...
Lundi 29 Avril 2019 - 10:53
La Cour a conclu dans cette affaire qu’il n’y aurait pas violation de la Convention si le requérant était renvoyé en Algérie, considérant que « la situation générale en matière de traitement des...