C'est arrivé un 3 novembre... 1793

Vous êtes ici

03 nov

13:13

C'est arrivé un 3 novembre... 1793

Pour tous les étudiants, de L1 et plus

C'est arrivé un 3 novembre... 1793. Femme politique de son temps, féministe engagée, Marie Gouzes (dite Olympe de Gouges) est guillotinée sur l’actuelle place de la Concorde le lendemain de son arrestation pour acte de résistance contre l’oppression. Elle avait 45 ans.

 

 Née le 7 mai 1748 sous le nom de Marie Gouzes, Olympe de Gouges (qui prendra ce pseudo pour signer ses premiers écrits) grandit dans une modeste famille de Montauban. Attirée par la littérature, elle souhaite dès l'âge de 20 ans se consacrer aux Lettres et évoluer dans ce milieu. N'appartenant à aucune noblesse et ne disposant d'aucune fortune personnelle, il lui faudra conquérir une liberté et une émancipation difficile à obtenir dans une société où les femmes n'ont encore que très peu de droits. Son combat personnel pour l'écriture finira par payer, puisqu'en 1785, elle publie pour le Théâtre-Français une violente dénonciation de l'esclavage. En 1788, ses Réflexions sur les hommes nègres, lui valent d'être accueillie par les abolitionnistes dans la Société des Amis des Noirs. 

 En 1786, elle publie son Mariage inattendu de Chérubin (Wikisource), comédie en trois actes et en prose, (qui fait suite au Mariage de Figaro de Beaumarchais) dans laquelle elle dénonce le mariage forcé des filles et plaide pour l'émancipation féminine... de quoi déplaire à ce dernier.

● Quand survient la Révolution française, en 1789, Olympe de Gouges accentue son combat pour la défense des femmes et revendique une égalité des droits entre tous les citoyens sans distinction de sexe, de couleur ou de revenu. Elle refuse de s'engager pour une révolution sanglante, défend une monarchie constitutionnelle et prône de nombreuses réformes, très en avance sur son temps (la liberté d'expression, l'égalité des sexes, l'instauration du divorce [autorisé par la loi du 20 septembre 1792], l'abolition de l'escalavage et de la peine de mort, la création d'un impôt sur les revenus des plus riches...) 

 Le 14 septembre 1791, Olympe de Gouges brave la bienséance révolutionnaire en publiant un pastiche de la très célèbre Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, intitulé : Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Partout où le mot « homme » est cité dans ce texte, il est remplacé par le mot « femme ». Elle adressera une lettre à la reine Marie-Antoinette, faisant entendre la voix de toutes les femmes en réclamant justice à son sexe, et des droits civiques et politiques strictement égaux à ceux des hommes. Proposée pour être débattue à l'Assemblée nationale, sa Déclaration -  tirée à cinq exemplaires - compte dix-sept articles suivis d’une proposition pour un nouveau contrat social entre les hommes et les femmes. Olympe de Gouges y conteste le caractère universaliste de la Déclaration de 1789 et dénonce l'exclusion des femmes de la représentation nationale ; elle réclame pour elles la citoyenneté et les droits qui en découlent. [Pour preuve, citons simplement l'art. X : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions mêmes fondamentales, la femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune ; pourvu que ses manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la Loi ».]

 Olympe de Gouges soutiendra l'idée d'une monarchie constitutionnelle pour la France, exprimant encore son point de vue au printemps 1792 dans un essai dédié à Louis XVI, L'Esprit français, dans lequel elle prône une révolution non-violente.

● Le 21 septembre 1792, elle rejoint le mouvement modéré des Girondins. Vivement opposée au régime de la Terreur, elle signe aussi une affiche contre Robespierre et Marat qu'elle accuse d'être responsables des effusions de sang. Malgré les menaces dont elle fait l'objet, elle continuera de s'exprimer publiquement.

 Dans une affiche en date du 20 juillet 1793, elle proposait de s’en remettre au peuple réuni en assemblées primaires pour se prononcer sur la forme du gouvernement souhaité par les Français. Elle est arrêtée le jour même devant le palais de justice de Paris. Elle est accusée d'injures envers les représentants du peuple et de publication d'écrits contre-révolutionnaires. De sa cellule, elle parvient à faire afficher deux derniers libelles : Une patriote persécutée et Olympe de Gouges au tribunal révolutionnaire. Mais tous ses amis se cachent ou la renient. Sous la pression, même son propre sang (son fils), Pierre Aubry de Gouges, la renie publiquement. Le 2 novembre, elle comparaît devant le Tribunal révolutionnaire (lire le Plaidoyer de M-O de Gouges rédigé avant sa comparution devant le Tribunal). Elle tente vainement d'expliquer que son combat humaniste s'inscrit au coeur même de la Révolution. Mais s'en est finit. Elle perd son dernier combat. Elle sera exécutée le lendemain matin. 

 3 novembre 1793. Le jour de son exécution, elle aurait lancé à la foule présente : « Enfants de la patrie, vous vengerez ma mort » ; et les spectateurs, agitant leurs chapeaux, lui répondirent par le cri : « Vive la République ! ».

● Victime en son siècle de ses prises de position contre les dérives de la Révolution, Olympe de Gouges a fait l'objet depuis d'une réhabilitation. De nombreux historiens (parmi lesquels Alain Decaux) et féministes se sont attachés à revisiter la personnalité de cette femme, allant même jusqu'à la placer dans la hiérarchie des grandes figures de la Révolution. De quoi inspirer les hautes autorités de l'Etat qui avait soufflé son nom pour une entrée au Panthéon... mais le résultat n'a pas été au rendez-vous. A défaut, Google lui a rendu hommage avec un spécial Doodle.

● Le 19 octobre 2016, un buste d'Olympe de Gouges est installé dans la salle des Quatre-Colonnes du palais Bourbon, siège de l'Assemblée nationale. C'est la première représentation d'une femme politique parmi les œuvres d'art présentées dans l'édifice... Une satisfaction, pour l'ancien président de l'institution.

Articles recommandés

Lundi 16 Octobre 2017 - 15:29
Pour tous les étudiants 13 novembre 2015. Une agression hors normes menée comme une véritable opération militaire frappe la capitale et ses alentours. Il est 21h19 quand des terroristes répartis...
Vendredi 26 Octobre 2018 - 13:24
Pour tous les étudiants   Au programme cette semaine : La mort du journaliste Jamal Khashoggi, l'ordonnance de 1945 relative à l'enfance délinquante, un retour d'enfants de Daech en...
Vendredi 6 Juillet 2018 - 12:03
Pour les étudiants de M1 et plus Pour vous accompagner dans la préparation au Grand Oral du CRFPA, Lextenso vous propose de réviser cette ultime épreuve en vidéos avec le professeur émérite Henri...
Vendredi 6 Juillet 2018 - 12:03
Pour les étudiants de M1 et plus Pour vous accompagner dans la préparation au Grand Oral du CRFPA, Lextenso vous propose de réviser cette ultime épreuve en vidéos avec le professeur émérite Henri...
Lundi 23 Juillet 2018 - 15:39
Pour les étudiants de M1 et plus Les résultats des épreuves d'admissibilité du CRFPA sont enfin tombés ! Bravo à tous les étudiants pour la réussite de cette première étape. Mais le marathon...
Vendredi 6 Juillet 2018 - 12:03
Pour les étudiants de M1 et plus Pour vous accompagner dans la préparation au Grand Oral du CRFPA, Lextenso vous propose de réviser cette ultime épreuve en vidéos avec le professeur émérite Henri...
Vendredi 19 Octobre 2018 - 12:47
● Projet de loi de programmation et de réforme de la justice est en débat au Sénat. La ministre de la Justice a réaffirmé en début de semaine devant la presse « l’enjeu absolument majeur de la...
Mercredi 10 Octobre 2018 - 10:36
Pour tous les étudiants Le 10 octobre évoque peut être pour vous la dissolution de l'Assemblée nationale par Charles de Gaulle, ou encore la confirmation par la Cour de cassation que le chef de l'...
Vendredi 28 Septembre 2018 - 14:58
Pour les étudiants de M1 et plus   ► Note de synthèse (5 heures / Coef. ) Télécharger le sujet     ► Droit des obligations Télécharger le sujet...
Vendredi 8 Juin 2018 - 16:52
Pour tous les étudiants Petit tour d'horizon des actus de cette semaine...   #1 - Fake news Examen de la loi contre la manipulation de l’information à l’AssembleeNat, aujourd’hui...

Gigya RaaS Login